Légende ou réalité ?

Si vous ne le saviez pas, certains de ces animaux existent bel et bien. Mais sont ils de merveilleuses créatures que la nature nous a offerte ou des expériences issues de la main de l'homme ?

Découvrez les !
  • Définition de l'hybridation

    Définition de l'hybridation

  • Bienvenue sur le site des Animaux Hybrides

    Bienvenue sur le site des Animaux Hybrides

Le Ligre

Le Ligre

Hercule est un ligre, et aussi le plus gros félin du monde
Lire plus
Le zébrâne

Le zébrâne

Résultat du croisement entre un zèbre et un âne, plusieurs zoo ont réussi à produire des zébrânes
Lire plus
Chat de Savannah

Chat de Savannah

Originaire de Géorgie, le Savannah est issus d'un croisement entre un chat domestique et un serval
Lire plus
Le Cama

Le Cama

Le Cama est le résultat de l'hybridation entre un lama femelle et un dromadaire mâle
Lire plus

Beefalo, vache européenne et bison d’Amérique

 La race Beefalo est une race bovine américaine.

C’est un hybride inter-générique entre des bovidés européens, Bos taurus, et des bisons d’Amériques, Bison bison.

Beefalo

Beefalo

Origine du Beefalo

Des croisements accidentels sont mentionnés depuis 1750. Les premiers essais d’hybridation dirigée datent des années 1800. Cet essai sans suite a été appelé cattalo (contraction de cattle et buffalo).

En 1888, Charles Jesse Jones, dit Buffalo Jones, effaré par les milliers de bovins morts de froid pendant un blizzard va essayer à nouveau l’hybridation des deux espèces dans le but de créer une race domestique capable de résister en plein air aux plus rudes conditions climatiques de l’ouest des Etats-Unis d’Amérique. Les différentes tentatives ont posé des problèmes de fertilité. Leur faible rentabilité a causé l’abandon des essais.

En 1965, la tentative de croisement a été reprise et couronnée de succès. Les femelles sont fertiles. La réussite de ce croisement a incité les obtenteurs à changer le nom de ce croisement, afin de le différencier de celui lié aux anciens échecs. On ne parle donc plus de cattalo, mais de beefalo.

Morphologie

Sa silhouette massive rappelle le bison. Ses pattes sont relativement courtes, et le garrot est plus haut que l’arrière-train. Le pelage court, en revanche, est un rappel de ses origines : les bovins domestiques. La couleur est variable en fonction des géniteurs utilisés.

Aptitude

Il n’est élevé que pour sa valeur bouchère. Sa viande peu grasse contient peu de cholestérol. De là, elle est donc prisée et d’autant plus chère sur le marché, suscitant l’intérêt des éleveurs.

La race a conservé les atouts qui ont présidé à sa création : résistance au climat rude, aptitude à bien valoriser des pâturages médiocres l’hiver, et aptitude à reprendre son poids après une période de disette. De ses géniteurs européens, elle a gardé la vitesse de croissance et une plus grande facilité pour les éleveurs.

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Beefalo de Wikipédia en français (auteurs)

Cama, le croisement entre dromadaire et d’un lama

Le cama est donc le produit de l’hybridation d’un petit camélidé d’Amérique latine et d’un dromadaire du Proche-Orient, puisque l’exploit a eu lieu à Dubaï au centre de recherche sur la reproduction des camélidés. La maman « technique » s’appelle Julian Skidmore. Elle a réussit cette hybridation difficile par insémination artificielle après de nombreuses tentatives infructueuses. Cette prouesse technique qui a permis la rencontre entre l’ancien et le nouveau monde (inimaginable dans la nature !!) a été possible parce que lama et dromadaire (que 30 millions d’années séparent sur le plan taxonomique) ont le même nombre de chromosomes et qu’ils ont conservé, en dépit de cet éloignement géographique et historique, un remarquable degré de conservation des capacités de reproduction croisée.

Rama, notre cama de Dubaï dans sa première année (1998) Photo B. Faye

Rama, notre cama de Dubaï
dans sa première année (1998)
Photo B. Faye

 

Notre cama est un mâle. IL a été appelé Rama. Il est âgé maintenant de 3 ans (photo du cama à 5 mois et à 3 ans). La question vous brûle les lèvres : à quoi ressemble-t-il. Eh bien, aux 2 parents, bien sûr, mais avec une allure générale qui tient plus du lama. Cela est dû à l’absence de bosse. La bosse ne serait-elle qu’un hasard de la nature ?
Cama

Le cama présente des oreilles courtes et une longue queue  garnie de poils comme le dromadaire. Il ne possède aucune bosse. Sa robe est beige ou sable.

Cet hybride a hérité des pieds du lama. En effet, dromadaire et chameau ont un large et unique coussinet plantaire alors que la patte du lama est munie de deux coussinets plus petits et de deux solides onglons.

 

Rama, le premier cama

Ce projet a été mené par le professeur Julian A. Skidmore et financé par le prince héritier de Dubaï et le ministre de la Défense des Emirats arabes unis.

Il est à souligner que Julian A. Skidmore est également à l’origine du premier clonage d’un dromadaire. Injaz est née le 8 avril 2009.
Ce projet a été financé dans le seul but de cloner des champions qui ne sont plus en âge de se reproduire. En effet, de nombreuses courses de dromadaires sont organisées dans cette région.
A chacun de méditer sur l’aspect déontologique.

Injaz. Dromadaire cloné

Injaz et sa mère

Le père de Rama pesait 450 kg alors que sa mère ne pesait que 75 kg. Cet écart de poids a obligé les scientifiques à utiliser l’insémination artificielle.
Ce problème de rapport de taille et de poids est à l’origine de la rareté du tigron, un hybride né d’un tigre mâle et d’une lionne

A la naissance Rama n’était pas plus gros qu’un veau. C’était un mâle.

L’objectif est de créer un camélidé plus robuste qu’un lama et plus docile qu’un dromadaire, réputé pour son caractère bien trempé.
Il s’agit donc ni plus, ni moins que de créer une bête de somme sur mesure.

Dromadaires

Dromadaires dans le désert

Rama a plutôt été une déception du point de vue comportemental. C’est souvent le cas chez les hybrides.
Bien qu’il s’agisse de deux camélidés, leur adaptation à leur environnement respectif est très différente.
Il en résulte des conflits entre les caractéristiques héritées des deux parents.

Le dromadaire vit au Proche-Orient  tandis que le lama et le guanaco vivent en Amérique du Sud.

Guanaco

Guanaco. By fainmen

Le dromadaire est adapté au désert et aux chaleurs extrêmes tandis que le lama et le guanaco sont adaptés à l’altitude.
Les  trois espèces ont un point commun. Dans leur environnement naturel, elles souffrent d’un manque d’eau et sont passées maîtres dans l’art de la gestion des ressources.

L’hybridation entre camélidés

Cette hybridation est pratiquée entre le chameau de Bactriane (Camelus bactrianus) et le dromadaire.
Cette pratique est même plutôt courante dans les pays où les deux espèces cohabitent.

Chameau

Chameau. By Tambako the Jaguar

Là encore il s’agit pour l’homme d’obtenir un animal réunissant les qualités des deux espèces à savoir la robustesse du chameau et la grande productivité laitière du dromadaire.

Les hybrides sont fertiles.

 

Sources : Dinosoria.com  et   Camelides.cirad.fr

Savannah, une nouvelle race de chat

Savannah

Le Savannah

Le chat Savannah est une nouvelle race de chat originaire des États-Unis. Ce chat (Le Savannah) de grande taille résulte d’une hybridation entre un serval mâle et un chat domestique . Il a plusieurs ressemblances physiques avec le serval, dont la taille, la couleur et les oreilles de forme caractéristique. Ce chat est décrit comme un chat très intelligent, curieux, sociable, actif, doux et affectueux. Ce serait un excellent sauteur et il adorerait jouer et aller dans l’eau. Ces traits de caractère restent toutefois parfaitement individuels et sont avant tout fonctions de l’histoire de chaque chat. Le premier Savannah, une femelle prénommée « Savannah », a été créé par l’éleveuse Judee Frank le 7 avril 19861. Patrick Kelly, intéressé par les chats à l’apparence sauvage, décide d’en créer une race après avoir eu en 1989 un chaton femelle, « Kitty », issue du premier Savannah. Il incite divers éleveurs à tenter le croisement, mais il n’y a guère que Joyce Sroufe pour le rejoindre2. Ils définissent un standard qu’ils présentent à la TICA en février 1996. Un an plus tard, Joyce Sroufe présente le Savannah dans une exposition féline de Westchester dans l’État deNew York et réussit à obtenir les premiers Savannahs mâles fertiles3. Le LOOF autorise la race à être présentée en exposition depuis le 1er janvier 2007 en tant que « Nouvelles races et couleurs », les chats sauvages et les hybrides de première et deuxième générations (F1 et F2) étant interdits en exposition.

Le chat Savannah a hérité pour bonne part de la silhouette à la fois longiligne et musclée de son ancêtre serval. A le voir, on est immédiatement frappé par la sveltesse de son corps et la longueur de ses pattes aux doigts allongés, ainsi que par la taille relativement petite de sa tête que surmontent deux inimitables oreilles à base triangulaire et extrémité arrondie. Sa queue, à l’extrémité marquée de noir, apparaît courte en comparaison (les trois quarts de celle d’un chat domestique classique), et relativement épaisse. Son arrière-train haut et la finesse de son abdomen peuvent faire penser à l’allure d’un lévrier. Les yeux présentent parfois des « larmes » blanches caractéristiques.

Savannah

http://img0.gtsstatic.com/hybride/le-chat-de-savannah-tient-du-chat-domestique-et-d-un-chat-sauvage-africain_21040_w460.jpg

Voici la page de présentation d’un éleveur de Savannah

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Savannah (chat) de Wikipédia en français (auteurs)

Zébrâne, ou âne-zèbre

 

Le zébrâne (on lit aussi âne-zèbre, donzèbre ou donzed) est le résultat du croisement entre deux espèces : le zèbre et l’âne.

File:A zonky.jpg

Un Zébrâne

On peut rencontrer des zébrânes sauvages en Afrique du Sud, là où zèbres et ânes vivent en étroit voisinage. Comme les mulets, ils sont généralement stériles en raison d’unnombre impair de chromosomes qui empêche la méiose. Cependant, dans « De l’origine des espèces par voie de sélection naturelle » (1859), Charles Darwin rapporte le cas d’un zébrâne ayant apparemment produit un triple hybride avec une jument.

On apparie généralement un zèbre mâle à une jument ou à une ânesse. Cependant, en 2005, à la Barbade, un petit zébrâne naquit de l’union d’une zébresse de Burchell et d’un âne.

Le nom générique pour les croisements entre zèbres et chevaux ou ânes est zébroïde. L’âne est un proche parent du zèbre et tous deux appartiennent à la famille des équidés. Les zébrânes sont bien sûr très rares.

 

Génétique

 

Un zébrâne en Afrique du Sud

Un zébrâne en Afrique du Sud

Les hybrides ne pouvant pas se reproduire entre eux, cela ne compromet pas la notion d’espèce. De tels croisements n’étant pas possibles dans la nature, il faut une intervention de l’homme pour faire naître les hybrides. Certain parents d’hybrides n’habitent même pas sur le même continent. Les ânes et les équidés sauvages n’ont pas le même nombre de chromosomes. L’âne possède 31 paires chromosomiques, tandis que les zèbres en ont 32, 42 ou 44 paires selon l’espèce. Malgré cette différence, des hybrides viables voient le jour lorsque la combinaison génétique de l’hybride permet le développement de l’embryon jusqu’à la naissance. L’hybride a alors un nombre de chromosomes compris entre ceux de ses parents. La différence chromosomique rend l’hybride femelle peu fertile et l’hybride mâle stérile, en raison d’un phénomène appelé règle de Haldane. L’écart entre les nombres de chromosomes des deux espèces trouve certainement son explication dans la présence de chromosomes plus longs chez le cheval, dont le contenu génétique individuel est en gros celui de deux chromosomes du zèbre.

La rumeur populaire veut que seuls des couples où le zèbre est le mâle puissent produire un hybride, mais elle est démentie par l’hybride des Barbades. Deux autres « bardots-zèbre » sont nés, mais ils n’ont pas survécu jusqu’à l’âge adulte. Leur rareté montre que le plus petit nombre de chromosomes doit être du côté du mâle pour que naisse un hybride viable.

Les zébrânes sont des hybrides obtenus en appariant deux espèces d’un même genre. La progéniture présente des traits de chacun des parents et varie donc considérablement selon la manière dont les gènes de chaque parent sont exprimés ou pas et interagissent.

C’est pour cette raison qu’il est a priori impossible de croiser deux espèces hybrides telles que le zébrâne et le zébrule. Pourtant certains chercheurs comme le professeur Boyer-Chammard s’attellent à prouver le contraire.

En captivité

Bien que les zébrânes soient rares, les zoos ont réussi à en produire. Le zoo de Colchester dans l’Essex déclara à tort, en 1971, avoir produit le premier zébrâne.

« Shadow », un zébrâne du zoo de Colchester

« Shadow », un zébrâne du zoo de Colchester

En effet, dans « De l’origine des espèces par voie de sélection naturelle » (1859), Charles Darwin mentionne quatre illustrations en couleurs d’hybrides entre âne et zèbre, dont le fameux croisement opéré en 1815 entre un âne et un quagga (ou couagga). Dans « La variation des animaux et des plantes sous l’action de la domestication » [1] (1re éd. 1868, 2e éd. révisée 1883), Darwin écrit « J’ai vu, au musée britannique, un hybride d’âne et de zèbre dont les pattes arrières étaient tachetées. » puis « Il y a de nombreuses années, j’ai vu au jardin zoologique un curieux triple hybride, d’une jument baie, par un hybride d’un âne mâle et d’une femelle zèbre. » puis il relate

à nouveau le croisement avec un quagga réalisé par Lord Moreton. Ces deux écrits sont antérieurs aux déclarations du zoo de Colchester.

Consciemment ou pas, le zoo de Colchester avait répété une expérience réalisée par les Boers pendant la guerre des Boers (1899 – 1902), lorsqu’on éleva des zébroïdes comme animaux de travail. Lors de cette ancienne expérience, on croisa des zèbres de Chapman et des poneys pour produire un animal servant au transport.[réf. nécessaire]

Un zébrâne est montré et décrit dans Miracles de la vie animale (1930) publié par J.A. Hammerton. Dans la même période, on rapporte des croisements entre zèbres de Grévy et ânes de Somalie.

Un programme d’élevage en zoo, en 1975, donna lieu à plusieurs hybrides. Dans la semaine de Noël 1975 naquit le troisième zébrâne du zoo de Colchester, obtenu en appariant une ânesse à différents zèbres. Les tentatives antérieures pour croiser des zèbres avec des chevaux ou des ânes n’avaient pas donné de petits ayant survécu. Le but du zoo était de créer pour l’Afrique un animal de travail résistant aux maladies. Les experts du zoo de Colchester crurent que leur succès était dû à l’utilisation d’un âne arabe (une variété que l’on avait pas encore essayé de croiser) et avaient bon espoir que les hybrides seraient viables et fertiles. Un zébrâne est toujours visible à Colchester, mais c’est le dernier qui y est élevé car la politique du zoo est désormais d’empêcher les croisements.

Les éleveurs d’animaux exotiques qui ont des zèbres élèvent parfois des zébrânes.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Zébrâne de Wikipédia en français (auteurs)

Ligre (ou ligron)

Le ligre ou ligron est un félin hybride né de l’union d’une tigresse et d’un lion mâle (l’union d’une lionne et d’un tigre mâle donne un tigron ou tiglon). Le ligre, ainsi que tous les hybrides connus entre différentes espèces félines, est le résultat d’un croisement. On rencontre rarement des hybrides félins dans la nature, du fait de l’éloignement géographique dans de nombreux cas, ainsi que des périodes de reproduction différentes et surtout du comportement différent de chaque espèce vis-à-vis de l’autre.

Description

Le pelage est roux clair avec des ocelles étirées sur les flancs, les pattes, la queue et le visage ; les jeunes ont un pelage plus contrasté que les adultes. Les mâles présentent une courte crinière qui com

File:Liger Jungle Island.jpg

Hercule, inscrit en 2006 au Guinness des records.

mence souvent derrière les oreilles (le front est dégagé).

Les ligres sont les plus grands des félins, puisqu’ils pèsent parfois plus lourd que les deux parents réunis. Ils peuvent peser plus de 400 kg, et mesurer plus de 3,50 m de long, avec la queue. Les éleveurs, notamment, affirment que le ligre profite du phénomène appelé « vigueur hybride ». Parmi les records de poids, citons un ligre né en 1897 et pesant 467 kg soit environ 1 030 livres et Hercule, né aux États-Unis, qui est entré au Guinness des records en 2006 comme étant le plus grand félin du monde avec ses 3,60 m et ses 410 kg.

Le ligre peut vivre une vingtaine d’années.

Reproduction

Les mâles sont mystérieusement stériles. En effet, bien que naissant avec un potentiel reproducteur normal, un facteur inconnu fait que leur puberté ne se déclenche jamais, empêchant ainsi les caractères sexuels primaires de se développer.

En revanche, les femelles peuvent se reproduire médicalement parlant, mais les différences existant entre les espèces rend la chose délicate.

Le ligre peut se reproduire avec le tigre (« tiligre ») et le lion (« liligre »).

Par ailleurs, seuls les caractères individuels sont aléatoirement répartis chez le ligre (comme chez tout individu). Il n’existe cependant pas de ligre « plus tigre » ou « plus lion » que d’autres.

Comportement

Le comportement des ligres et des autres hybrides est très ambigu. En effet, les deux parents étant d’espèces différentes, leurs comportements sont singuliers. L’hybride oscille entre les deux espèces parentes. Les ligres semblent accepter la solitude ou la présence de petits groupes familiaux. On sait aussi qu’ils aiment nager. Contrairement à une idée reçue, les ligres ne savent pas autant feuler que rugir. Ils émettent un cri caractéristique que certains associent au feulement, d’autres au rugissement.

Ligre mâle adulte
Ligre mâle adulte

Spécimens recensés

En 2010, à peine une dizaine de ligres sont recensés au monde :

  • Taiwan : 3 ligres sont nés dans un zoo privé le 15 août 2010.
  • Hercule, ligre vivant aux États-Unis est le plus gros félin du monde : il pèse une demi-tonne.

En 2012 un liligre a vu le jour dans le zoo de Novosibirsk en Russie

 

Ligre et tigron

Chez de nombreux hybrides, les différentes appellations regroupent une même réalité, puisqu’au final l’individu reste le croisement des deux espèces. Le ligre (issu d’un lion et d’une tigresse) et le tigron (issu d’une lionne et d’un tigre), cependant, diffèrent fortement par leur taille. En effet, le ligre aura tendance a dépasser ses parents, tandis que le tigron s’arrêtera à la taille d’une lionne.

 

Vigueur hybride ?

On parle parfois, à tort, de « vigueur hybride » pour justifier la taille importante des ligres. En réalité, le ligre profite d’un gène du lion (mâle) qui favorise la croissance de son petit dans le but de le rendre plus fort (donc mâle dominant). Ainsi la lionne a développé le gène inhibiteur de cette croissance afin de pouvoir porter son petit avant la naissance. En revanche, lorsqu’un lion s’accouple avec une tigresse, rien ne « freine » la croissance du petit (et inversement, lorsqu’un tigre s’accouple avec une lionne).

Dans les faits, le ligre développe souvent de graves problèmes liés à sa taille imposante, à la façon des « géants » humains qui souffrent très souvent de graves troubles musculo-squelettiques. La dysplasie est le trouble le plus courant. Les hanches de l’animal sont de moins en moins agiles. Il peut même se produire un déboitement chronique, pouvant aller jusqu’à créer une paralysie partielle. De plus, le ligre souffre souvent de cécité, de surdité, et de troubles neurologiques graves. Sa survie à l’état sauvage est donc fortement compromise, ses capacités de prédateur étant soumises à une dégradation inéluctable.

 

 

La video du ligre Simbad, qui pèse 408Kg et est deux fois plus grand que son père :

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Ligre de Wikipédia en français (auteurs)

Animaux hybrides, la liste de ceux connus

 Retrouvez ici la liste de tous les animaux hybrides connus et recensés à nos jours, classé par famille d’espèces .

Animaux Hybrides appartenant aux équidés :

  • bardot (ou bardine) : ânesse + cheval
  • mulet (ou mule) : âne + jument
  • zébrâne (ou donzèbre) : âne + zèbre
  • zébrule (et zorse) : cheval + zèbre

 

Animaux Hybrides appartenant aux Félidés du genre Panthera :

Panthera est un genre de la famille des félins (Felidae) qui comporte cinq espèces vivantes connues : le léopard (ou panthère), le lion, le tigre, le jaguar et la panthère des neiges.

Lionne Lion femelle Tigresse Tigre femelle Jaguar Jaguar femelle Léopard Léopard femelle
Lion Lion mâle Ligre Liguar Liard
Tigre Tigre mâle Tigron Tiguar Tigard
Jaguar Jaguar mâle Jaglion Jaguatigre Jagulep
Léopard Léopard mâle Leopon Léotig Lépjag

 

Animaux Hybrides appartenant aux Félidés :

  • li-tigron : lion + tigron (femelle)
  • pumapard : puma + léopard
  • ocema : ocelot + puma
  • caraval : caracal + serval (femelle)
  • servical : serval + caracal (femelle)
  • safari : chat domestique + chat de Geoffroy
  • savannah : chat domestique + serval
  • bengal : chat domestique + chat leopard du Bengale
  • chausie : chat domestique + chaus

 

Animaux Hybrides appartenant aux Ovidés :

  • chabin : mouton + chèvre
  • ovicapre : bouc + brebis

 

Animaux Hybrides appartenant aux Bovidés :

  • beefalo : vache + bison
  • cattalo : taureau + bison (femelle)
  • dzo : vache (ou taureau) + yack
  • zopiok (mâle) ou zoom (femelle) : zébu + yack

 

Autres Animaux Hybrides :

  • cama : lama (femelle) + dromadaire (mâle)
  • chinchilla domestique : chinchilla lanigera + chinchilla brevicaudata
  • cyprin hybride (ou « poisson noir ») : carpe koï + poisson rouge
  • cochonglier : verrat (porc) + laie
  • cocquard : faisan + poule
  • crocotte : loup + chienne
  • faisan hybride : faisan de Lady Amherst + faisan doré
  • hamster hybride : hamster russe (ou dzougarie) + hamster de Campbell
  • lamel : lama (mâle) + dromadaire (femelle)
  • léporide : lièvre + lapin
  • lounard : renarde + loup, possible mais rare
  • marlot : Margay + ocelot (femelle)
  • mouchèvre (ou musmon) : bélier + chèvre
  • mulard : canard de barbarie + cane domestique
  • mulet : serin + chardonneret
  • ovicapre : bouc + brebis
  • pizzly (alias prizzly, ou encore grolar, anglicisme) : ours polaire + grizzly
  • rackelhahn : Grand Tétras + tétras-lyre
  • sanglochon : sanglier + truie
  • siabon : gibbon + siamang
  • triton de Blasius : triton à crête + triton marbré
  • turkoman : chameau de Bactriane + dromadaire
  • halphin : fausse orque + grand dauphin

Les espèces au sein de l’ordre des Lépidoptères (papillon) s’hybrident facilement, mais rares sont les cas où l’hybridation amène à l’apparition d’une nouvelle espèce.

                                                           
                                                                           Heliconius heurippa

Heliconius heurippa serait un hybride entre Heliconius melpomene melpomene et Heliconius cydno cordula

 

Hybridations infirmées :

  • jumart : taureau + jument
  • chimman : Homme (Homo sapiens sapiens mâle) + chimpanzé bonobo (Pan paniscus femelle)

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Hybride de Wikipédia en français (auteurs)